Guerre en Ukraine et impact sur l’énergie : comment agir sur son mode de chauffage ?  

Le prix de l’énergie et notamment du gaz connait de très fortes variations depuis le début de la guerre en Ukraine, qui vont être amenées à s’accentuer dans le contexte géopolitique actuel. De plus, le gaz naturel est une énergie fossile, dont le stock est limité et majoritairement importé. Ces différentes raisons rendent les économies d’énergie indispensables pour limiter l’envol de sa facture. Certains consommateurs sont même amenés à s’interroger sur un changement de leur mode de chauffage, à l’occasion du renouvellement de leur chaudière, ou d’un projet de rénovation énergétique global. Des actions faciles à mettre en œuvre pour optimiser sa chaudière, jusqu’aux modes de chauffage alternatifs, GPSO Energie fait le point après avoir passé en revue l’origine de ces variations de prix.

Gaz et électricité : des variations de prix régulières

 La guerre en Ukraine a mis en lumière notre dépendance aux énergies fossiles et l’origine de leurs importations. En effet, 20% du gaz consommé en France et 40% en Europe proviennent de la Russie. Alors que des décisions stratégiques sont prises par les Etats membres de l’Union européenne pour stopper cette dépendance, ce sont bien les consommateurs qui seront en première ligne en cas de hausse des prix de l’énergie. En effet, le prix du gaz peut être indexé sur les tarifs règlementés ou bien être au prix de marché. La plupart des contrats étant négociés à terme, c’est à dire avec un prix fixé pour une livraison dans plusieurs mois, la question n’est pas tant de subvenir aux besoins pour la fin de cette période de chauffe, mais plutôt d’anticiper les consommations de l’hiver prochain.  D’autre part, le prix de l’électricité est amené à varier lui aussi. Bien que produit majoritairement en France et en grande partie d’origine nucléaire, les pics de demandes générés en hiver (beaucoup de logements étant chauffés à l’électricité), entrainent la mise en route de centrales au gaz ou au charbon. Agir sur la demande en énergie est donc tout aussi important pour maitriser les factures et pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre.  

 

Optimiser ses appareils de chauffage

De bonnes habitudes peuvent être prises pour optimiser le fonctionnement de ses appareils de chauffe. En voici quelques-unes :  

 

  • Entretenir son appareil : pour les convecteurs et les radiateurs électriques il faudra veiller à les dépoussiérer régulièrement. Pour les radiateurs hydrauliques une purge régulière des radiateurs est à effectuer.  
  • Éviter de placer des obstacles devant (meubles, rideaux) qui freinent la propagation de la chaleur. 
  • Installer une régulation par thermostat d’ambiance programmablepermettra d’optimiser les consommations d’énergie en baissant la température pendant les nuits et les absences. Avec une chaudière, il est intéressant d’y rajouter des robinets thermostatiques pour une régulation encore plus fine.   
  • Le calorifugeage consiste à isoler les tuyaux de canalisation, de chauffage et d’eau chaude, qui transportent le fluide de la chaudière ou pompe à chaleur jusqu’aux radiateurs, robinets et autres pommeaux de douche. L’isolation thermique consiste en l’enrobage de cette tuyauterie par une couche de matériau de calorifugeage.  
  • Régler la température de votre chauffe-eau entre 55 et 60°C (contre 70° par défaut).   

 

Changer de mode de chauffage

Dans une volonté de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, il peut être préférable de se tourner vers d’autres sources d’énergies, moins émettrices. Les pompes à chaleur, puisant l'énergie dans les calories naturellement présentes de l’air, l’eau et de la terre, constituent souvent une alternative, bien que consommatrices d’électricité 

 

Le Gouvernement souhaitant par ailleurs réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles, certaines aides financières ont été augmentées : 1000supplémentaires sont ainsi alloués à Ma Prime Rénov' pour l’installation d’une chaudière biomasse ou d’une pompe à chaleur (comprenant également les hybrides). Cette augmentation sera effective dès le 15 avril prochain. En parallèle, l’installation de chaudière au gaz ne bénéficiera plus de Ma Prime Rénov' dès le mois de janvier 2023.  

 

  • Point de vigilance  

Changer la source d’énergie de son logement ne peut être efficace que ci-celui-ci est correctement isolé. En effet, un logement peu ou mal isolé continuera d’être sujet aux déperditions de chaleur, malgré un système de chauffage performant et continuera ainsi de consommer beaucoup d’énergie. Il est ainsi conseillé de commencer par isoler la toiture, les murs, les menuiseries et les planchers bas. Une fois que l’enveloppe du logement a été revue de façon globale, il est envisageable de changer de système de chauffage, et bien souvent, un appareil moins puissant (et donc moins cher) réussira à combler les besoins énergétiques du logement ou de la copropriété 

 

  •  Focus : le fonctionnement des pompe à chaleur

Les pompes à chaleur notamment dite air/eau sont des appareils de chauffage très performants mais dont la performance varie en fonction des besoins de chauffage, des émetteurs, du dimensionnement de la pompe à chaleur et surtout de la température extérieure. Dès que les températures baissent, la pompe à chaleur perd en performance alors que les besoins en chauffage sont les plus élevés. Ainsi, pour continuer de fonctionner la pompe à chaleur va nécessiter un appoint. Cela peut être du gaz (si la pompe à chaleur est hybride) ou alors le plus souvent c’est une résistance électrique. Ainsi la facture électrique va monter si la maison est mal isolée.  A l’inverse sur des maisons très bien isolées, les besoins en chauffage resteront faibles et une pompe à chaleur fonctionnera beaucoup mieux. Ainsi, installer des pompes à chaleur en substitution de chaudière ne peut être efficace pour réduire vos consommations de gaz et de fioul qu’à condition d’être accompagnée d’une rénovation globale et performance des bâtiments.  

 

Pour être accompagné.e par un.e conseiller.e France Rénov’ et entreprendre votre projet sereinement, n’hésitez pas à vous rendre sur Seine Ouest Rénov' le guichet unique de la rénovation de l'habitat de Grand Paris Seine Ouest.

 

Quelques liens utiles pour approfondir vos connaissances :

 

Crédits photo : ADEME